Aller au contenu

5 philosophies morales présentées dans The Good Place

The Good Place

The Good Place est une série télévisée humoristique créée par Michael Schur, mettant en vedette les aventures de l’au-delà d’un groupe de personnes qui se trouvent dans un ciel séculier.

Leurs bonnes actions sur Terre ont assuré qu’ils appartenaient à The Good Place (La Bonne Place ou le Paradis). Cependant, ils se rendent vite compte que tout est plus compliqué qu’il n’y paraît. Le bonheur éternel est plus loin qu’ils ne le pensaient!

Tout au long des saisons, nous suivons les voyages d’auto-amélioration pris par Eleanor, Chidi, Tahani, et Jason. Ils veulent devenir de meilleures personnes et, le long de leur parcours, nous finissons par apprendre les diverses philosophies morales qu’ils rencontrent.

Voici quelques-unes des philosophies morales les plus profondes qui ont été présentées dans The Good Place et ce qu’elles signifient.

1. Méta-éthique

Dans The Good Place, le dilemme central est la question de savoir s’il est même possible de devenir une meilleure personne. C’est là que la méta-éthique entre en scène !

La méta-éthique est la pratique d’étudier les pensées morales et le langage. En d’autres termes, la méta-éthique nous fournit non seulement des leçons sur la façon de devenir une meilleure personne, mais aussi des débats sur la question de savoir si ces leçons nous rendent meilleurs ou non.

Dans The Good Place, les personnages commencent à étudier la philosophie morale parce qu’ils croient que l’étude de l’éthique devrait en fin de compte en faire de meilleures personnes. Certains philosophes, comme Aristote, diraient que devenir de meilleures personnes exige un effort constant, pas seulement la connaissance.

2. Intuitionnisme Moral

Qu’est-ce que l’intuitionnisme moral ? C’est simplement l’idée que nous avons tous une voix intérieure qui nous dit si ce que nous faisons est bien ou mal. Vous savez, comme une conscience. La question centrale est de suivre cette voix. Les personnages de The Good Place ont fait beaucoup d’erreurs dans la vie, mais savaient-ils que ce qu’ils faisaient était mauvais ?

L’intuitionnisme moral se concentre sur la question de savoir si nous avons la capacité innée d’être bons. C’est un point de vue optimiste, affirmant que nous n’avons pas besoin d’étudier l’éthique ou d’apprendre la différence entre le bien et le mal.

Cependant, même lorsque nous savons que quelque chose ne va pas, nous ne savons peut-être pas exactement pourquoi. C’est là que l’étude peut être utile, car la connaissance peut soutenir notre voix intérieure lorsque nous ne savons pas comment agir.

3. L’éthique de la vertu

Souvent, nous avons vraiment besoin d’un bon exemple à suivre. Quand nous étions enfants, avant de connaître le sens du bien ou du mal, nos comportements étaient façonnés par les actions des gens autour de nous. Mais qu’est-ce qui rend une action bonne ou mauvaise? Est-ce le résultat final de l’action? Ou est-ce l’intention derrière l’action, quel que soit le résultat final? Si vous penchez vers ce dernier, c’est l’éthique de la vertu.

Dans l’éthique de la vertu, les actions sont jugées en fonction de leur conformité aux vertus présupposées. Si le courage est une vertu, alors agir courageusement est une bonne action. Si la sagesse est une vertu, alors chercher la sagesse et agir conformément à la sagesse est bon.

Bien sûr, les vertus ne sont pas toujours immuables — nous apprenons ce qu’elles sont de ceux qui nous entourent. En cas de doute sur la façon d’agir, l’éthique de la vertu dit que nous devrions penser à quelqu’un qui est vertueux et nous demander ce que cette personne ferait dans notre situation.

4. Théorie de l’âme sœur

Le concept des âmes sœurs est assez populaire dans la société et les médias modernes. Il est important de trouver « la bonne personne pour nous », quelqu’un avec qui nous sommes naturellement à l’écoute, quelqu’un qui nous aime pour ce que nous sommes.

Dans The Good Place, tout le monde reçoit une âme sœur à son arrivée. Bien sûr, dans la série, tout ce concept ne fonctionne pas aussi bien que nous l’espérons. Mais d’où vient le concept d’âme sœur?

L’une des sources principales est le Symposium de Platon, dans lequel Aristophane nous raconte l’histoire de comment les âmes sœurs ont été faites. Selon Aristophane, nous avions l’air très différent il y a longtemps: nous avions quatre jambes et tout les organes sexuels.

Le dieu envieux Zeus, craignant que nous ne soyons trop parfaits, décida de mettre fin à notre plaisir en nous divisant en deux, homme et femme. A partir de ce moment, nous avons cherché nos autres moitiés. Nos âmes sœurs.

Heureusement, la théorie de l’âme sœur est dépassée et The Good Place souligne le fait que les âmes sœurs ne sont pas déterministes. Au lieu de cela, nous pouvons construire nos propres âmes sœurs en investissant notre temps et notre énergie dans les autres.

5. Le Dilemme du tramway

De nombreux étudiants en philosophie de première année font encore des cauchemars au sujet du fameux dilemme du tramway, alors, bien sûr, The Good Place devait l’intégrer dans la série à un moment donné.

Le dilemme du tramway est une expérience de pensée morale:

Un tramway se déplace sur une piste vers 5 personnes qui sont attachées à ces pistes. Elles sont coincées et ne peuvent pas s’échapper.

Vous, le conducteur, pouvez faire dévier le tramway vers une autre voie — mais cette voie, malheureusement, a une sixième personne qui est également attachée et ne peut pas s’échapper.

Laissez-vous le tramway tuer 5 personnes? Ou détournez-vous le tramway et en tuez-vous une pour sauver les cinq autres?

Ce n’est pas une décision facile, car il n’y a pas de solution parfaite. De toute façon, des vies seront perdues. Mais est-il possible de valoriser une vie humaine? Est-ce que cinq vies l’emportent sur une? Est-il juste d’en tuer une pour en sauver cinq?

Et si ce n’était pas seulement cinq, mais une centaine de personnes attachées sur la piste? Mille? Un million? Si vous ne pensez pas qu’il est juste de détourner le tramway pour sauver 5 personnes, y a-t-il un numéro où cela devient correct?

Le dilemme du tramway introduit également intelligemment les questions éthiques de comportement actif et passif. Si vous détournez le tramway, êtes-vous moralement responsable de la mort de l’un? Si vous ne détournez pas le tramway, êtes-vous moralement responsable de la mort des 5?

Cela fait beaucoup réfléchir, et The Good Place intègre ce genre d’expériences de pensée comme un moyen de pousser les personnages et l’audience hors de leur zone de confort, espérons-le de manière à nous faire grandir.

N’oubliez pas de jeter un coup d’œil à nos bons plans.

Étiquettes:
Available for Amazon Prime