Les 16 meilleurs films d’action coréens

Les cinéastes coréens ont produit certains des films les plus avant-gardistes d’aujourd’hui en empruntant les meilleurs éléments du cinéma hollywoodien, chinois et japonais, et en les mélangeant avec leur propre vision culturelle unique. Donc, en ce qui concerne le genre d’action, les films coréens sont partout sur la carte. Les films d’action coréens vont des comédies irrévérencieuses à l’ultraviolence brutale. Les arcs narratifs passent du drôle au sauvage en un clin d’œil.

Toujours bien conçus, les films d’action coréens sont remplis de rebondissements intelligents, de personnages rafraîchissants entièrement étoffés et d’une superbe cinématographie. Cependant, le cinéma coréen n’est pas facile à mettre dans une boîte de genre comparé aux films occidentaux.

Par exemple, le film Oldboy est plus un thriller psychologique qu’un film d’action, et pourtant le brillant combat de marteau dans le couloir est systématiquement référencé comme l’un des meilleurs exemples de chorégraphie de combat de cette année-là. Snowpiercer, qui a engendré une série, est également plus un fantasme de science-fiction et une parodie politique. Néanmoins, ce film de Bong Joon-ho offre de l’action de premier ordre. Dans cet esprit, notre liste d’exemples remarquables de films d’action coréen se concentre sur certains films moins connus que vous avez peut-être manqués.

The Villainess

The Villainess (2017)

Conte d’assassin de femme fatale dans la tradition de La Femme Nikita, The Villainess porte l’ultraviolence à un tout autre niveau. Le film s’ouvre sur une perspective captivante à la première personne qui se déroule comme un FPS, puis passe à une histoire complexe de Sook-hee (Kim Ok-vin), faisant des allers-retours dans le temps jusqu’à sa formation surréaliste en tant qu’assassin et la transformation de son identité.

Chaque fois que l’action se déroule dans ce film, accrochez-vous pour une course folle. Le combat à l’épée à moto dans un tunnel a été si influent qu’il a inspiré un hommage dans John Wick 3: Parabellum, mais la cinématographie époustouflante de The Villainess reste inégalée. Les scènes de The Villainess sont très humides. Lorsqu’il ne pleut pas, il y’a des ‘sprays artériels’, ainsi que du gargouillement de sang. Si bizarre, si sauvage et si cool.

Netflix a récemment sorti le film Carter du réalisateur Jung Byung-gil, qui est un film d’action intéressant, mais il n’approche même pas le niveau de brillance atteint par The Villainess. Jung travaille actuellement sur son premier film hollywoodien, Afterburn, avec Gerard Butler. Une série télévisée basée sur The Villainess est également en développement pour Amazon Prime.

The Swordsman

The Swordsman (2021)

The Swordsman se déroule dans la période Joseon (1392–1897) lorsque la Corée était opprimée par la dynastie Qing. Tae-yul (Jang Hyuk) est un épéiste qui devient aveugle. Il vit en reclus dans les montagnes avec sa fille. Jang est un vrai pratiquant de Taekwondo et de Jeet Kune Do, il est donc parfait pour les films d’action. Il joue un dur à cuire stoïque avec une frange qui couvre ses yeux, mais comme il devient aveugle ça ne pose pas de problèmes.

Min Seung-ho (Man-sik Jeong), un épéiste rival plus âgée, sert de bon contrepoint à Tae-yul en tant que maître d’épée plus âgé et plus réservé, essayant de faire le bien dans un monde en décomposition. Et le méchant mandchou, Gurutai est joué par nul autre que le toujours magnétique Joe Taslim (Warrior, Mortal Kombat). Joe est un autre véritable maître des arts martiaux avec de bonnes aptitudes d’acteur, bien qu’il joue principalement un personnage unidimensionnel ici: un méchant souriant arrogant. Il montre un peu plus ses talents d’acteurs lorsque le combat final commence à se retourner contre lui.

Ce film livre une riche histoire d’intrigues entrelacées, d’oppression, de méchanceté, de vengeance et d’honneur, une bataille pour être la meilleure épée dans un monde égoïste qui ne se soucie pas de la « voie du guerrier ». La période Joseon est bien représentée, avec la Corée au carrefour entre la Chine et le Japon. Chaque fois que les lames sont tirées, la chorégraphie de combat explose avec un travail de caméra tourbillonnant et des échanges compliqués.

Les Braqueurs

Les Braqueurs (2012)

Les Braqueurs est un bon film d’initiation au cinéma d’action coréen. Ce n’est pas extrême ou trop graphique (juste une éclaboussure sanglante), mais il conserve cette fascination coréenne pour l’architecture, la cinématographie visionnaire et le rythme engageant. C’est drôle, tragique, sexy, charmant, voire romantique, et avec plus de deux heures de durée (typique des films coréens), c’est très divertissant.

Un film de braquage, évidemment, il met en vedette la légende de Hong Kong, Simon Yam, qui est souvent surnommé Michael Caine en Chine, mais c’est totalement injuste pour les 2 acteurs. Comme Caine, Yam a assumé une grande variété de rôles et a livré tant de personnages richement définis, le tout avec ce style suave cool qui lui est propre. Mais Yam et Caine sont tous deux des acteurs distinctifs avec un répertoire qui exige de reconnaitre leur individualité.

Yam fait face à une distribution coréenne d’ensemble, qui se hausse rapidement à son niveau de performance pour devenir des personnages très engageants. C’est un conte sur les doubles trahisons et les histoires de retour, et à la fin, malgré quelques vilaines trahisons, il y a encore un peu d’honneur parmi les voleurs. Avec un enchevêtrement compliqué d’arcs d’histoire entrelacés, il y a de superbes combats, des cascades impressionnantes et des combats de feu.

The Admiral: Roaring Currents

The Admiral: Roaring Currents (2014)

The Admiral: Roaring Currents détient actuellement l’honneur d’être le film le plus regardé et le plus rentable de tous les temps en Corée du Sud. Il est vaguement basé sur la bataille navale historique de Myeongnyang (1597) lorsqu’une douzaine de bateaux coréens ont combattu quelque 300 navires d’invasion japonais. C’est glorieux et extrêmement violent, imbibé d’eau de mer et de sang.

Un amiral brisé nommé Yi Sun-sin (Choi Min-sik) doit rallier des navires battus pour lutter contre des cargaisons de samouraïs, de ninjas et de pirates. Il est soutenu par des capitaines douteux, des marins craintifs, des villageois faibles et des moines bouddhistes débiles. Après près d’une heure d’installation, le reste du film est un déluge de batailles navales colossales. C’est aussi une violence spectaculaire, avec de nombreuses décapitations, des tirs de canon, des archers, des éperonnages de navires, des explosions, des combats à l’épée et de nombreuses mêlées satisfaisantes sur le pont des navires.

Une préquelle est sortie en juillet dernier, Hansan: Dragon Rising, et il est déjà devenu le deuxième film coréen le plus rentable de 2022. Un troisième film appelé Noryang: The Sea of Death devrait bientôt commencer la production.

The Pirates

The Pirates (2014)

Ce délicieux film coréen est un bel exemple du divertissements coréen. C’est Pirates des Caraïbes rencontre Moby Dick et Paï: L’Élue d’un peuple nouveau. Une baleine avale un sceau impérial, offert à la Corée par l’empereur chinois, et le film suit la quête pour le récupérer. Certains bandits des montagnes assument le rôle de pirates pour découvrir qu’ils ne sont pas le moins du monde en état de naviguer.

Il y a des images de synthèse ringardes, des personnages totalement comiques (le Yoo Hae-jin toujours hilarant dans le rôle de Chul Bong se démarque), un magnifique capitaine de pirate à l’épée (Son Ye-jin dans le rôle de Yeo-wol), beaucoup de cache-œil et de cicatrices, batailles en mer et une tonne de combats à l’épée amusants. Ce sont 2 heures de divertissement constant: une aventure d’action, une comédie et une romance. C’est un peu sanglant mais familial pour la plupart, et comme les bons films coréens, il fait des virages brusques et surprenants qui font avancer l’intrigue.

Une suite thématique intitulée The Pirates: The Last Royal Treasure est sortie au début de cette année. C’est une histoire autonome qui revisite de nombreux éléments du film précédent (femme chef de pirate, bandits contre pirates, récupération d’un trésor impérial perdu), mais tout en restant agréable, il manque le punch de l’original. The Pirates: The Last Royal Treasure était également l’un des nombreux films dont la sortie a été modifiée en raison de la pandémie, ce qui a sûrement affecté ses résultats au box-office.

Musa

Musa, la princesse du désert (2001)

Pour de nombreux téléspectateurs occidentaux, Musa, la princesse du désert était le film qui a ouvert la porte à la Corée. Également intitulé Warrior, il s’agit d’un récit fictif d’un événement historique réel concernant une mission diplomatique coréenne en Chine en 1375, juste avant la période Joseon. Véritable épopée d’un film, Musa, la princesse du désert a été salué pour son authenticité historique dans les costumes, les accessoires et les décors, ainsi que, plus remarquablement, les langues. Contrairement à la plupart des films qui utilisent par défaut la langue des cinéastes, chaque personnage parle sa langue maternelle tout au long du film.

Musa, la princesse du désert met en vedette l’un des principaux hommes de Corée, Jung Woo-sung en tant que guerrier esclave Yeo-sol, ainsi que la Chinoise Zhang Ziyi en tant que princesse kidnappée Bu-yong et Yu Ronggang en tant que général mongol Rambulwha. La version coréenne durait près de deux heures, mais la version internationale a été réduite à un peu plus d’une heure et demie. Le film a également été modifié pour supprimer certaines scènes de cruauté envers les animaux qui impliquaient de faire trébucher des chevaux.

Arahan

Arahan (2004)

Arahan est une comédie d’action irrévérencieuse dans la même veine que la marque unique de comédie cinématographique de Stephen Chow connue sous le nom de mo lei tau. C’est une parodie et un hommage au genre wuxia chinois et à leur mélange spécial d’histoires d’épée et de sorcellerie, la plupart caractérisées par des films comme Tigre et Dragon et Le Royaume interdit.

Situé dans les temps modernes, Sang-hwan (Ryoo Seung-bum) est un flic débutant qui est sauvé par la magnifique guerrière Eui-jin (Yoon So-yi). Elle l’emmène chez ses maîtres taoïstes qui déterminent qu’il pourrait être « l’élu ». Certes, c’est un vieux cliché, surtout dans les films fantastiques de nos jours, mais le manque d’originalité est comblé par son charme.

Arahan regorge d’effets spéciaux ringards, de combats d’arts martiaux volants ridicules et d’explosions magiques de puissance qi. Mais il y a un humour ironique dans le film. Il est assez conscient de ses propres absurdités et s’y livre néanmoins. Une belle vitrine du timing comique et du jeu charismatique de Ryoo, d’une manière ou d’une autre, tout fonctionne.

Le Bon, la Brute et le Cinglé

Le Bon, la Brute et le Cinglé (2008)

Il s’agit d’un mashup bizarre de films et de westerns d’époque coréens, inspiré du western spaghetti ultime, Le Bon, La Brute et le Truand de Sergio Leone. Mais ne vous méprenez pas, il ne s’agit pas d’un remake étranger ou d’une appropriation culturelle. Bien que l’inspiration puisse être observée, c’est quelque chose de complètement unique et qui a suscité des éloges lors de sa première à Cannes, principalement pour ses séquences d’action à fort impact. Situé en Mandchourie en 1939, il fait écho à Le Bon, La Brute et le Truand alors qu’un trio de solitaires s’affronte pour trouver un trésor caché lors d’un conflit militaire.

Le Bon, la Brute et le Cinglé met en vedette 3 des plus grands hommes coréens, Jung Woo-sung dans le rôle du chasseur de primes Park Do-won (le bon), Lee Byung-hun dans le rôle du tueur à gages Park Chang-yi (la brute) et Song Kang-ho dans le rôle du bandit Yoon Tae-goo (le cinglé), et leur alchimie rivale est palpable. C’est une quête violente et exubérante où les scènes d’action rachètent complètement une intrigue trop alambiquée.

En tant qu’hommage humoristique et considérablement plus violent, Le Bon, la Brute et le Cinglé se termine par un combat final à trois comme son inspiration originale. Cependant, contrairement à la fin définitive de Le Bon, La Brute et le Truand, le Bon, la Brute et le Cinglé avait des fins alternatives. La version coréenne est un peu plus longue et a une fin un peu plus heureuse, mais la fin de la version internationale plus sombre serait plus proche de la vision du réalisateur Kim Jee-woon.

War of the Arrows

War of the Arrows (2011)

Les Coréens tiennent leur tir à l’arc avec la même vénération fétichiste que les Japonais ont pour leurs épées de samouraï. Les Coréens dominent toujours le tir à l’arc dans les compétitions internationales comme les Jeux olympiques. War of the Arrows est comme un mélange de films de samouraï et de Kung Fu, mais avec des arcs. C’est également agréable à tous les niveaux – scènes de combat serré, effusion de sang héroïque, méchants mandchous maléfiques, paysages spectaculaires, beaux costumes, justice poétique et certains des meilleurs combats à l’arc et à la flèche de tous les temps.

Park Hae-il fait mouche avec son interprétation de Choi Nam-yi, un maître archer qui doit sauver sa sœur Choi Ja-in (Moon Chae-won) des griffes du méchant mandchou. Park et Moon ont tous deux reçu les prix du meilleur acteur et de la meilleure actrice dans plusieurs festivals de films asiatiques et le film a également remporté des prix techniques pour la cinématographie et les effets spéciaux.

AVERTISSEMENT: le film contient une quantité troublante de violence envers les animaux. C’est fait avec des effets spéciaux mais toujours dérangeant pour ceux qui n’aime pas voir ce genre de chose.

Kundo

Kundo (2014)

Ceci est une autre histoire de la période Joseon lorsque des dirigeants tyranniques opprimaient les pauvres. Une bande de voleurs à la Robin des Bois déclenche une rébellion paysanne. En fait, c’est tellement Robin des Bois qu’il y a un moine combattant comme Friar Tuck (qui cache une lame dans sa canne), une servante Marian (qui est un maître archer), un Little John (qui manie une arme absurde, essentiellement un lancer de poids sur une corde pour frapper brutalement les os), et le personnage principal, le boucher Doichi (Ha Jung-woo), utilise des hachoirs à viande doublement modifiés.

La chorégraphie de combat est amusante et sanguine, et les personnages sont bien étoffés, même le méchant. Jo Yoon (Gang Dong-won) est le méchant, un noble non reconnu parce que sa mère était une concubine. Il est également un maître épéiste, il y a donc beaucoup de grands combats à l’épée.

Kundo est épiquement visuel avec des plans panoramiques sur grand écran. Et comme la plupart des films coréens, il prend de temps en temps une tournure surprenante dans les détails, de petites scènes qui se sentent fraîches dans leur présentation. Le dialogue est hilarant: les films coréens lâchent rarement autant de gros mots. La bande-son fait écho aux westerns. Il y a ce style de guitare, qui fonctionne parfaitement pour ce film. C’est assez amusant à plusieurs niveaux.

The Man from Nowhere

The Man from Nowhere (2010)

The Man from Nowhere est un film d’enfer urbain moderne coréen et un contraste frappant avec les nombreuses comédies d’action coréennes. Un prêteur sur gage reclus, Cha Tae-sik (Won Bin), se retrouve avec un sac d’opium volé au début du film. Et il s’avère qu’il s’agit en fait d’un ancien agent des forces spéciales qui a pris sa retraite après que sa femme enceinte a été tuée. Il affronte des gangsters trafiquants de drogue et collecteurs d’organes. Au début, certaines scènes de combat ont été tournées hors caméra, ce qui était ennuyeux, mais quand on les voit enfin, ça vaut le détour.

Cela rappelle les classiques des gangsters de Hong Kong de John Woo avec des parties mélodramatiques qui sont analysés par des scènes d’incendie rapides d’une violence brutale intense. Et leurs coiffures sont un peu trop, mais c’est racheté par un grand combat au couteau qui est totalement satisfaisant.

The Man from Nowhere était le dernier film de Won Bin après une carrière réussie au cinéma et à la télévision. Il est ceinture noire de taekwondo et ambassadeur itinérant de l’UNICEF. The Man from Nowhere lui a valu plusieurs prix du meilleur acteur dans différents festivals de cinéma coréens, mais on se souvient surtout de lui pour son rôle de fils handicapé intellectuel accusé de meurtre dans Mother, qui a remporté de nombreuses distinctions des critiques lors de sa première à Cannes.

Vétéran

Vétéran (2015)

Un détective nommé Seo Do-cheol (Hwang Jung-min) détruit un réseau de voleurs de voitures, mais s’implique ensuite dans le « suicide » suspect d’un chauffeur de camion dans un syndicat. Seo l’emmène jusqu’au sommet où Joo Tae-oh (Yoo Ah-in) guette un riche psychopathe nommé Joo Tae-oh (Yoo Ah-in) l’attend. C’est le méchant qui fait ce travail, et Yoo vole la vedette avec son portrait tout à fait méprisable. Le détective contre toute attente combat ses supérieurs et sa femme pour faire tomber le psychopathe. La poursuite en voiture finale et les coups de poing sont totalement à la hauteur.

Yoo Hae-jin est également remarquable dans le rôle de Choi Dae-woong. Il offre une performance riche à plusieurs niveaux alors que son personnage navigue en étant le diplomate de son patron répugnant. Il est excellent dans ce qu’il fait, donnant toujours à ses rôles une vie aussi convaincante.

Revenger

Revenger: L’île de la mort (2018)

C’est le premier rôle principal de Bruce Khan, un vrai champion de Hapkido, cascadeur et expert dans une variété d’arts martiaux coréens. Khan a écrit ce film pour montrer ce qui équivaut à une extravagance sanglante et gratuite d’ultraviolence avec une excellente chorégraphie de combat. Situé sur une prison insulaire tropicale où les gangs se chassent pour le sport, Revenger suit un inconnu qu’ils appellent Yool (Khan) alors qu’il atterrit sur le sable et commence à se battre. Il est déterminé à se venger, d’où le nom « Revenger ».

C’est tout ce que vous devez vraiment savoir. Le film met en place de nombreux combats dans des entrepôts délabrés avec des armes de fortune. C’est du porno de chorégraphie de combat. Il y a d’excellentes séquences de combat complexes, même un combat de couloir et beaucoup de tir à l’arc parce que c’est coréen. L’avant-dernier combat final est un combat à l’épée majeur qui est exécuté avec précision, et le combat final est encore meilleur, augmentant l’action et la brutalité.

Revenger inclut également des personnages secondaires comiques: un chef de gang maladroit mais lâche avec un crochet pour une main, ses hommes de main loufoques et son grand-père fou, le guérisseur. Il y en a juste assez pour maintenir l’élan. Il y a aussi un vilain bossu brandissant des doubles machettes et une foule de femmes archères. Il y a même un enfant mignon avec un poignard. La trame de fond de chacun est racontée dans des flashbacks prévisibles, mais pour les connaisseurs de chorégraphie de combat, cette action est à ne pas manquer.

Le Gangster, le Flic et l'Assassin

Le Gangster, le Flic et l’Assassin (2019)

Un autre flic, Jung Tae-suk (Kim Mu-yeol), poursuit obstinément un tueur en série malgré le fait que tout le monde le nie dans Le Gangster, le Flic et l’Assassin. Une fois de plus, le méchant vole le film, ce qui signifie dans ce cas que vous devez garder un œil sur le chef de gang Jang Dong-soo, qui est interprété par Ma Dong-seok (mais qui a plus récemment pris le nom de Don Lee) . Les Occidentaux pourraient le reconnaître pour son rôle de Yoon Sang-hwa dans Dernier Train pour Busan ou Les Éternels.

Après que Jang ait été attaqué par le tueur en série, il fait équipe avec le flic. La cinématographie est brillante, et le néon et les cigarettes donnent une sensation de film noir. Il y a aussi un peu d’humour dans les plaintes pleurnichardes des personnages, comme tant de films coréens, et comme toujours, une ultra-violence délicieusement chorégraphiée.

Pandémie

Pandémie (2013)

La dernière chose que nous voulons regarder maintenant est un film de catastrophe pandémique parce que nous vivons cela depuis quelques années. Néanmoins, ce film est sorti plus d’une demi-décennie avant le COVID. Et bien que simpliste, Pandémie frappe des notes prédictives étranges. La vraie pandémie a été plus une combustion lente tandis que ce fléau cinématographique est une catastrophe apocalyptique soudaine.

Une variante de la grippe aviaire qui incube presque instantanément provoque une toux et de la fièvre, suivies peu de temps après par des lésions et des vomissements sanglants, puis la mort. Les corps commencent rapidement à remplir les rues. Il y a une quarantaine, remplie de soldats antipathiques qui tirent avec désinvolture sur des civils innocents lorsqu’on leur ordonne de le faire et dissimulent une opération scandaleuse massive. Et bien sûr, tout se résume à une seule personne avec les anticorps nécessaires pour sauver tout le monde. Si seulement vaincre un virus était aussi simple.

Ce film met en vedette 2 acteurs mentionnés dans les critiques précédentes: Don Lee (Ma Dong-seok), le traître infecté Jeon Gook-hwan, et Yoo Hai-jin dans le rôle du sauveteur Bae Kyung-ub. Il y a aussi un général américain têtu (Wayne W. Clark) qui veut bombarder les mis en quarantaine. Il a un accent britannique, ce qui le gâche totalement pour le public anglophone. L’Asie portait des masques contre le rhume et les allergies bien avant que les pandémies ne soient une telle menace. Par conséquent, de nombreux acteurs ont des masques clairs et cool avec des filtres métalliques.

Extreme Job

Extreme Job (2019)

Extreme Job est une autre film policier avec une recette d’intrigue translucide. Ce qui rend cette comédie d’action intéressante, c’est qu’elle détient actuellement le titre de film le plus rentable jamais enregistré en Corée du Sud. Un chef d’escouade vétéran qui se penche sur sa dernière affaire avant de prendre sa retraite, un débutant qui est jeune, stupide et plein de fougue, une bombasse qui déchire, un flic décent mais maladroit qui craque pour la bombasse, et un gars doué avec la technologie. L’équipe est envoyée dans une chasse à l’homme qui mène à une grosse découvrte.

C’est drôle si vous aimez l’humour coréen, qui peut être un peu geignard et sarcastique. Mais cela peut bien fonctionner avec le bon casting. Ensuite, il y a l’action qui est taquiné tout au long du film avec des combats aléatoires étranges, qui sont rares et espacés. Mais au cours des 15 dernières minutes, tout éclate en un combat final très satisfaisant, tenant la promesse du combat flic bombasse contre méchante, et offrant une action solide, bien qu’avec beaucoup d’éléments comiques.

N’oubliez pas de jeter un coup d’œil à nos bons plans.

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires