Aller au contenu

Les créateurs de Predator parviennent à un accord avec Disney dans un procès de droit d’auteur

predator

Jim et John Thomas, les scénaristes de Predator (1987) et de Predator 2 (1990), ont conclu un accord avec Disney sur le droit d’auteur de la franchise cinématographique emblématique, que les frères Thomas ont tenté de résilier l’année dernière en utilisant les lois actuelles sur le droit d’auteur qui permettent aux créateurs de mettre fin à la cession d’un droit d’auteur après 35 ans.

Cependant, on ne sait pas quel est l’état précis du droit d’auteur de Predator à la suite de cet accord, car la seule déclaration publiée à ce jour provient de Marc Toberoff, de Toberoff & Associates, l’avocat des Thommas (Toberoff est l’un des plus notables de la propriété intellectuelle). Cet avocat a précédemment participé aux procès de Jack Kirby et de Jerome Siegel contre Marvel et DC, respectivement).

Le concept d’avis de résiliation pour les droits d’auteur repose sur l’idée que les créateurs d’une œuvre notable devraient pouvoir obtenir, en effet, une seconde chance d’être indemnisés pour leur œuvre originale après 35 ans. Ceci est différent des œuvres produites en tant que « travail à louer », qui ne s’appliqueraient pas ici, puisque les frères Thomas ont écrit le scénario original de Predator sur « spécification », ce qui signifie qu’ils l’ont d’abord écrit avant de conclure un accord avec un studio de cinéma. Ils ont ensuite vendu le scénario à la 20th Century Fox en 1984, avec le film résultant basé sur le scénario sorti en 1987.

Notez que le droit d’auteur est différent de la marque et Disney (qui a acheté la 20th Century Fox en 2019, les divers droits de propriété intellectuelle de Fox étant un élément clé de l’accord) conserve toujours la marque de Predator, ce qui rend très difficile pour quiconque de faire un film Predator. Par conséquent, le seul scénario réaliste après la résiliation serait que les Thomas concluent un nouvel accord de licence avec Disney. Les frères l’ont même admis dans leur résiliation, expliquant qu’ils vont désormais « enfin, participer aux récompenses financières de leur création ».

Disney, cependant, a contesté le moment du licenciement des Thomas, estimant qu’il était prématuré sur la base des statuts, donc dès que les frères ont déposé le licenciement, Disney a déposé une contre-poursuite, notant que cela était particulièrement gênant parce que la société était au milieu de la sortie d’un reboot du film Predator, comme l’expliquait la contre-poursuite, « Cette action est nécessaire parce que les accusés tentent à tort de mettre fin prématurément aux droits de 20th Century, au moment même où 20th Century investit beaucoup de temps, d’argent , et des efforts pour développer un autre volet de sa franchise Predator à succès »,

Avec cet accord conclu, le reboot de Predator, intitulé Prey, semble avoir une possible sortie cet été.

Source: Hollywood Reporter

Étiquettes:
Available for Amazon Prime