« Le Samaritain » met trop de temps à démasquer son super-héros secret

Lorsque Sylvester Stallone est revenu à son rôle emblématique de Rocky Balboa il y a 7 ans dans Creed, remportant une nomination aux Oscars du meilleur second rôle masculin pour sa performance, cela a rappelé la magie de certaines stars de cinéma qui ont la capacité à rester dans un certain moule sans sacrifier la profondeur ou la complexité. Entrant dans la position de mentor d’Adonis Creed(Michael B. Jordan), Rocky est resté le personnage dont nous nous souvenons tous avec tendresse.

Avec l’acteur libéré de ses fonctions au bord du ring après Creed II et cherchant à rester pertinent à la fin des années 70, il est peut-être inévitable que Stallone s’aventure au-delà de sa zone de comfort et saute dans le domaine commercialement florissant du film de super-héros. L’une des nombreuses choses étranges à propos du nouveau film de Stallone Le Samaritain, cependant, est qu’il n’est pas adapté d’une bande dessinée.

L’écrivain Bragi F. Schut (Escape Room) a d’abord écrit l’histoire sous forme de scénario, puis en a créé un roman graphique. Le film s’ouvre sur un prologue animé et étrangement précipité, parcourant l’histoire de la façon dont le héros masqué Le Samaritain, doté d’une force surhumaine presque invincible, était un sauveur pour les citoyens de Granite City jusqu’à ce que lui et son frère jumeau supervillain Nemesis périssent tous les deux dans une bataille royale enflammée il y a 25 ans.

De nos jours, Sam (Jovan « Wanna » Walton), 13 ans, est tellement accro à la mythologie samaritaine qu’il dessine le super-héros dans son cahier pendant les cours. Sam vit dans le centre-ville de Granite City avec sa mère infirmière en difficulté financière (Dascha Polanco) et se retrouve imprudemment attiré par les opportunités de gagner de l’argent présentées par Cyrus (Pilou Asbaek), un chef de gang fou de pouvoir qui vénère Nemesis comme une idole déchue. Lorsque quelques laquais territoriaux de Cyrus coincent Sam avec des couteaux, Joe Smith (Stallone), le voisin éboueur de Sam, vient à la rescousse de l’enfant.

Malheureusement, cette première démonstration des capacités de combat extraordinaires de Joe est l’une des 2 seules scènes d’action extrêmement brèves centrées sur Stallone proposées dans les 2 premiers tiers du film. Au lieu de cela, alors que Sam devient convaincu que Joe est en fait un héros maintenant à la retraite, Le Samaritain apparaît davantage comme un film de copains intergénérationnel. Ce n’est pas comme s’il n’y avait pas de précédent pour la configuration du « super-héros en tant que grincheux vieillissant se liant d’amitié avec un enfant protégé » dans le domaine du film de bande dessinée – le film solo de Wolverine, Logan, l’avait déjà fait auparavant. Mais le scénario de Schut adopte une approche douce, semblable à celle d’une sitcom, du lien croissant entre Sam et Joe, plein de clichés endémiques, de sentimentalité non méritée et de plaisanteries boiteuses.

Walton, bien que parfois ardu dans ses efforts, est une présence généralement sympathique, tandis que Stallone est en pilote automatique. Comme cela peut être le cas avec les projets qu’il produit également, il y a des concessions à l’ego de Stallone (après que Sam se soit blessé le poing en frappant l’estomac de Joe lors d’un match d’entraînement, la réplique de Joe est : « À quoi pensais-tu ? Tu sais que je suis construit comme un réservoir! »), ainsi que d’autres scènes bizarres (Joe mangeant habituellement de la crème glacée est expliqué comme un moyen de refroidir la surchauffe de son corps, mais pourquoi a-t-il versé du jus de pomme dans un bol de Cheerios?).

Mais le Samaritain prend enfin vie dans sa dernière demi-heure, avec une intrigue à la fois dingue et assez intelligente, ainsi qu’une bagarre spectaculaire et prolongée dans un entrepôt à plusieurs étages qui fait des heures supps pour compenser l’heure précédente et le manque d’action. Le précédent film du réalisateur Julius Avery, Overlord, bien que supérieur et plus captivant, n’a pas non plus pleinement embrassé sa folie de film B jusqu’à la dernière demi-heure. Il met en scène l’attaque éblouissante chorégraphiée de Joe contre le gang de Cyrus avec une verve que l’on souhaite plus évidente plus tôt, et Stallone devient également plus énergique dans ce dernier tronçon, grondant avec une conviction de dur à cuire et lançant le genre de phrases que l’on trouve couramment dans les films des années 80 et 90.

Il est à la fois ironique et approprié que si Le Samaritain semble être un nouveau territoire pour l’acteur, il n’est divertissant qu’une fois qu’il revient aux sources de Sylvester Stallone.

N’oubliez pas de jeter un coup d’œil à nos bons plans.

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires