« Le Sommet des Dieux » se démarque des autres adaptations occidentales de mangas

Le film de Patrick Imbert, Le Sommet des Dieux, basé sur le manga de Jiro Taniguchi, est très différent de la plupart des adaptations de manga produites en Occident. D’une part, le manga sur lequel il est basé n’est pas une franchise populaire avec des adaptations d’anime préexistantes, mais plutôt un manga seinen réaliste sans la même vente commerciale évidente.

D’autre part, malgré le fait qu’il soit si réaliste qu’une adaptation en live-action serait véritablement réalisable, Imbert a choisi de produire Le Sommet des dieux en tant que film d’animation. La combinaison de ces deux facteurs est pratiquement inconnue, faisant du long métrage d’animation franco-luxembourgeois une fascinante anomalie.

Habituellement, lorsqu’un studio occidental choisit d’adapter un manga, il se tourne vers les titres les plus connus. Cela signifie généralement des séries avec des adaptations d’anime populaires : Dragon Ball, Ghost in the Shell, Death Note, etc. Lorsqu’il y a une adaptation occidentale d’un manga sans anime, il y a généralement une autre adaptation qui donne au matériel source une reconnaissance de nom supplémentaire, comme l’adaptation de Oldboy de Spike Lee s’appuyant sur la popularité du film coréen de Park Chan-wook. Alors que Le Sommet des dieux avait un film live-action japonais, il était loin d’être une sensation internationale comme Oldboy.

le sommet des dieux

Taniguchi a quand même une bonne notoriété en France. Son manga Quartier Lointain a reçu un film live-action franco-belge en 2010, et en 2011, Taniguchi lui-même a été fait chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres. Le fait que la popularité de Taniguchi en France s’accompagne d’un respect si profond pour son talent artistique a probablement contribué au fait que Le Sommet des dieux est une pièce de passion artistique plutôt qu’une tentative commerciale comme la plupart des adaptations américaines.

Ce sens du respect artistique se ressent le plus profondément dans l’aspect le plus distinctif du film : sa magnifique animation. Il n’y a rien dans l’histoire tragique de l’alpinisme du Sommet des Dieux qui exige qu’elle soit réalisée par le biais de l’animation, mais le choix de recréer l’œuvre de Taniguchi du mieux que les cinéastes pourraient le faire rend le film extrêmement percutant (et le définit également clairement comme une adaptation du manga de Taniguchi plutôt que du roman en prose de Baku Yumemakura).

le sommet des dieux

Le Sommet des Dieux est-il à ce jour la meilleure adaptation occidentale d’un manga japonais ? C’est discutable. Aussi magnifique et passionnant que soit le film, sa narration non linéaire peut devenir déroutante, peut-être que la raison est la condensation de cinq volumes de manga en un seul long métrage de moins de deux heures, et l’histoire elle-même est davantage motivée par la terreur viscérale de l’expérience plutôt que d’explorer en profondeur ses personnages.

Cependant, l’adaptation donne l’impression qu’elle vient d’un endroit pur, entièrement soucieux de préserver ce qui rend la source intéressante plutôt que d’essayer de le mettre dans un moule facilement commercialisable. Même quelque chose d’aussi unique dans l’exécution que Speed ​​Racer des Wachowski essayait toujours de se vendre comme un blockbuster; à l’inverse, Le Sommet des Dieux ne prétend même pas s’adapter à des moules ordinaires. C’est un travail audacieux d’animation pour adultes qui ouvre la possibilité à d’autres histoires de seinen sans anime de recevoir des adaptations somptueusement animées en Occident. Imaginez le potentiel de l’équipe d’Imbert face aux œuvres inadaptées de Naoki Urasawa ou de Taiyo Matsumoto.

Le Sommet des Dieux devrait sortir en DVD en Février 2022.

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x