Les Eternels est-il un mauvais film ou un bon film avec quelques mauvaises scènes ?

AVERTISSEMENT: ce qui suit contient des spoilers pour le film Les Eternels.

À l’heure actuelle, tout le monde sur Terre a probablement entendu dire que Les Eternels est officiellement le premier film « pourri » de l’univers cinématographique de Marvel. À l’heure actuelle, le film a un score de 48% sur Rotten Tomatoes, et certaines personnes annoncent que ce dernier opus du MCU est un échec ambitieux. L’histoire est un peu plus compliqué que ça.

Premièrement, il est utile de comprendre ce que représente réellement ce faible score. Rotten Tomatoes est un agrégateur de réponses critiques, et même s’il fournit un pourcentage (dans ce cas, un échec), en catégorisant les films comme frais ou pourris, il est de nature plus binaire que n’importe quelle critique individuelle. Même les critiques un peu dures sur Les Eternels contenaient des éloges pour la réalisatrice Chloé Zhao. Curieusement, le score du public est environ deux fois plus élevé que celui des critiques, ce qui, combiné à son box-office impressionnant, suggère que le grand public a quand même apprécier ce film.

Les Eternels

Il y’a peut être eu des attentes très élevées. Chloé Zhao a remporté 2 awards l’année dernière(dont l’un pour son film Nomadland). C’était un choix risqué sur le plan créatif pour diriger un film Marvel et les critiques s’attendaient à ce que son implication place Les Éternels au-dessus des autres films du MCU.

Cependant, Nomadland a gagné environ 40 millions de dollars contre 2,8 milliards pour Avengers: Endgame. Le diagramme de Venn des critiques qui ont vu les deux films est très différent du diagramme de Venn des cinéphiles qui les ont vu. Des millions de fans de Marvel sont sûrement allés voir Les Eternels en n’ayant jamais entendu parler de Chloé Zhao, n’attendant guère plus qu’un autre chapitre agréable du MCU.

Et c’est exactement ce qu’est Les Eternels, en grande partie. Revenons à l’idée que Les Eternels est trop ambitieux. À certains égards, c’est le cas. Zhao a eu la tâche peu enviable d’introduire 11 nouveaux personnages principaux et une toute nouvelle intrigue affectant l’univers dans le MCU, sans que le luxe de tout cela n’ait été établi dans les films précédents. Mais ce n’est pas entièrement la faute de Zhao. La réaction à de nombreux personnages (Druig, Makkari, Phastos, Kingo et Thena, en particulier) a été largement positive, les critiques et le public souhaitant en voir plus, ce qui est un bon signe pour le premier film d’une saga.

À d’autres titres, Les Éternels n’est pas très différent ou plus intéressé à repousser les limites que les autres films du MCU. Les films de super-héros nécessitent une certaine suspension de l’incrédulité et, de manière générale, cela a été accordé aux autres entrées de la franchise sans trop de plaintes. Les fans sont prêts à dissiper les inquiétudes concernant la physique quantique, les voyages dans le temps et la politique spatiale tant qu’ils s’amusent à regarder ce qui est à l’écran.

Les Eternels gère ses trous d’intrigue et ses absurdités de science-fiction au moins aussi bien que le film moyen du MCU. Ses rebondissements sont également payants et ses thèmes sont aussi profonds que tout téléspectateur le souhaite. Quelqu’un pourrait interpréter que Les Eternels (comme Nomadland) essaie de préserver sa dignité, son intégrité et son autonomie alors qu’il semble qu’il ne reste que de mauvais choix disponibles, tandis que d’autres peuvent regarder juste pour voir si les gentils sauvent le monde de nouveau.

Les Éternels a été défavorablement comparé à Guardians of the Galaxy, et c’est la comparaison la plus proche. James Gunn a dû se lancer dans de nouveaux personnages, lieux et intrigues, tous issus de sources moins populaires. Les Gardiens ont impressionné parce qu’il a réussi sa comédie décalée entre copains, mais ce n’est pas ce que Les Éternels recherchait. Zhao a dit qu’elle voulait faire quelque chose inspiré par l’idée d’anciens extraterrestres avec une sensation Est/Ouest qui était à la fois épique et intime.

D’un point de vue tonal, elle a accompli ce qu’elle avait l’intention de faire. Alors, qu’est-ce qui explique l’accueil plus dur que d’habitude ? Certains ont avancé que, parce que le film est diversifié, inclus des personnages LGBTQ+ et est réalisé par une femme de couleur, une partie de la population était prédisposée à ne pas l’aimer. Mais ce n’est pas la seule raison du consensus critique négatif.

Les eternels

Ce qui empêche vraiment Les Éternels d’être au premier plan, c’est que c’est quelque chose que nous ne voyons pas très souvent : un bon film avec quelques mauvaises scènes. Il y a des problèmes typiques, avec des protagonistes un peu ennuyeux par rapport aux personnages secondaires, et il y a beaucoup trop de plans d’établissement de l’équipe en train de se rassembler. Mais deux scènes sont si différentes dans leur niveau de goût que, pour certains, elles pourraient gâcher tout le film.

Le moment où Sersi apprend la vérité sur Arishem est le moment le plus important pour l’histoire. Avec toute une équipe de scénaristes impliqués, quelqu’un aurait pu concevoir un moyen plus convaincant de faire passer ces informations.

La pire scène, cependant, est la scène dans laquelle Phastos rend visite à Hiroshima immédiatement après que la bombe atomique a rasé la ville et crie littéralement : « Qu’ai-je fait ? Même si Chloé Zhao et son équipe voulaient commenter la capacité de l’humanité à utiliser la technologie de manière responsable, la décision d’insérer des super-héros fictifs dans ce qui est sans doute l’événement le plus apocalyptique de l’histoire humaine est, au mieux, extrêmement insensible.

De toute façon, écouter les critiques des uns et des autres n’est pas le meilleur moyen de se faire une idée. Nous recommandons à tout le monde de construire leur propre opinion pour juger ce film, surtout quand on voit les différences d’opinion entre les critiques et le grand public.