Pourquoi Eureka est une des meilleures séries de science-fiction?

En 2008, la chaîne SyFy a diffusé le premier épisode d’une série de science-fiction comique appelée Eureka. Il ne s’agissait pas d’invasions extraterrestres, d’exploration spatiale ou d’avenirs dystopiques, mais dans une petite ville de l’état d’Oregon aux Etats-Unis avec un grand secret: la communauté est le foyer de Global Dynamics, un centre de recherche scientifique secret. Ce groupe de réflexion abrite des innovateurs, des inventeurs et des créatifs excentriques travaillant sur des technologies de pointe, futuristes et des gadgets étranges, où des choses comme les cannes à pêche à ultrasons sont la norme. Eureka a rapidement gagné les cœurs du public et reste un favori des fans à ce jour.

Le premier épisode de la série commence lorsque le maréchal américain Jack Carter et sa fille, Zoe, sur le chemin du retour à Los Angeles, subissent un accident de voiture à la périphérie de la ville. Après avoir subi les effets d’étranges anomalies temporelles et spatiales, non seulement Carter est entraîné dans le mystère de ce qui se passe, mais il découvre les secrets de la ville. Engagé à aider à résoudre le problème, il sauve la mise avec l’aide de quelques habitants. Son héroïsme finit par le faire recruter comme nouveau shérif d’Eureka.

Eureka

Cette juxtaposition étrange – l’homme de loi étranger surveillant un étrange assortiment de scientifiques ringards et brillants – fait partie de ce qui fait que la série fonctionne. Le shérif Carter est le substitut du spectateur, la personne qui navigue dans la technologie futuriste tout en humanisant l’extraordinaire. Entouré de génie, il est constamment sous-estimé. Bien qu’il n’ait pas l’esprit scientifique, il est astucieux dans le raisonnement déductif; un talent qui résout généralement tout problème de la ville.

L’acteur qui a joué le shérif Carter, Colin Ferguson, était parfait dans sa performance folklorique, mais impassible et souvent incrédule, d’un homme de loi qui ne comprend rien à la science. Son personnage est sympathique et transforme facilement l’étrangeté environnante de la ville en quelque chose de familier pour les téléspectateurs.

Il y a aussi un thème familial doux au cœur du spectacle. Non seulement avec les relations parentales entre Jack et sa fille, et Alison et son fils, mais aussi avec le concept de famille retrouvée. Il y a un charme dynamique dans l’amitié entre Jack et Deacon, l’histoire d’amour récurrente de Jo et Zane, et le lien qui se développe entre Jack et Alison. Même le personnage maladroit de Douglas Fargo passe de l’acolyte geek à un personnage très appréciée par les autres.

Une autre partie de l’attrait d’Eureka réside dans son humour. La série ne s’est jamais pris à 100% au sérieux, se moquant toujours de bonne humeur du monde des nerds, tout en les embrassant. Le ton est farfelu et maladroit, et il se penche sur sa propre nature fantaisiste, célébrant les fans de science-fiction qui ont regardé la série. C’est une utopie vertigineuse d’innovation et tout le chaos merveilleux de la science soigneusement emballé.

Eureka Jack Allison

Eureka ne serait pas la série qu’elle est sans la science étrange et, oui, même absurde. Du gilet pare-balles à champ de force au générateur portable à fission et au traîneau volant dans l’épisode de Noël, des inventions délicieusement ridicules sont apparues dans tous les épisodes. Certains sont des gadgets utiles ou sympas, mais le plus souvent, la technologie finit soit par mettre le monde en danger, soit par fournir la solution à une catastrophe imminente. De tels extrêmes pourraient facilement virer au ridicule, mais l’écriture et les performances l’ont gardé du côté du divertissement. Voir quelles inventions merveilleuses et potentiellement mortelles se présenteraient ensuite faisait partie du plaisir.

Eureka a mélangé la meilleure science-fiction imaginative et axée sur les personnages avec un humour absurde et l’a brillamment réussi. La série est peut être fini mais n’a pas été oublié, et c’est maintenant un souvenir que les fans chérissent.

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires