The Crow: ses pouvoirs, ses ennemis et ses meilleures BD

Il n’y a peut-être pas de plus grande histoire de vengeance post-mortem de bande dessinée que celle de The Crow de James O’Barr. Créée comme une sorte de thérapie narrative pour son créateur après une horrible tragédie personnelle, la BD a ensuite été adaptée en un film tout aussi tristement célèbre et emblématique. En plus d’avoir inspiré le film désormais emblématique mettant en vedette feu Brandon Lee, la BD originale a été l’une des premières bandes dessinées indépendantes à succès, se vendant à près d’un million d’exemplaires dans ses différentes langues de publication.

Au-delà de la BD originale, il y a eu plusieurs autres bandes dessinées qui réinventent la prémisse originale de manières différentes. Malgré cela, ils sont tous liés par des thèmes de vengeance, de justice sinistre et d’amour. Avec une autre adaptation cinématographique en préparation, voici un aperçu de l’histoire de la bande dessinée derrière The Crow et de tout ce que l’oiseau noir peut faire.

Qui est The Crow?

The Crow

The Crow(Le Corbeau) n’est pas seulement le nom de l’anti-héros, mais aussi de l’oiseau noir qui lui donne ses pouvoirs. Ces oiseaux magiques lèguent à ceux qui ont été tués par une sorte d’injustice une vie surnaturelle, leur permettant de revenir et de se venger de ceux qui leur ont fait du tort. L’origine de The Crow de la BD originale, qui est également la version utilisée dans le film, suit un homme nommé Eric Draven.

Débutant dans Caliber Presents #1, l’histoire de Draven le voit mourir après que lui et sa petite amie aient été brutalement attaqués dans la rue par des voyous locaux. Après qu’ils meurent tous les deux, Eric est ressuscité par un mystérieux corbeau mystique, qui lui confère une volonté surhumaine de vengeance et le guide dans sa quête.

Il y a eu plusieurs Crow en plus d’Eric, cependant, bien qu’ils soient tous liés par le motif commun de leur homonyme aviaire mystique. L’un d’eux est Joshua Zane, un amérindien de la BD The Crow: Dead Time. Après que lui et sa famille aient été tués par des soldats confédérés, il est ressuscité sous le nom de The Crow 100 ans plus tard pour tuer les réincarnations de ses agresseurs.

D’autres versions incluent Iris Shaw, la première femme Crow, Mark Leung, qui est devenu The Crow après avoir été tué par la mafia chinoise, et Michael Korby de The Crow: Wild Justice, dont l’histoire avait un ton plus « mythologie urbaine ». Cela incluait des concepts tels que le sang de Gorgone et le fait qu’il avait deux corbeaux gardiens au lieu d’un. Ces oiseaux ont été nommés Hugo et Manny, faisant clairement référence à Huginn et Muninn, les corbeaux d’Odin dans la mythologie nordique.

En règle générale, The Crow n’aura de repos dans une vie ou une autre qu’après avoir terminé sa mission, qui est presque toujours de se venger et de venger ses proches après leur mort prématurée. D’autres histoires, telles que le récit d’Image Comics sur l’origine d’Eric, incluent The Crow agissant comme un justicier contre l’injustice pour les gens dans leur ensemble. Cela fait de The Crow un personnage similaire à The Punisher de Marvel Comics, ainsi qu’à Spawn de Todd McFarlane, qui est en fait antérieur à The Crow.

Quels sont les pouvoirs et capacités de The Crow ?

The Crow

Une fois ramené à la vie et renforcé, The Crow est essentiellement une sorte de zombie, bien qu’il conserve sa personnalité et ses souvenirs. The Crow ne ressent plus de douleur ni de fatigue, bien que les histoires varient en fonction de sa capacité à guérir.

Certaines versions, comme dans les films, ont des facteurs de guérison surnaturels, tandis que d’autres ne guérissent pas d’autres blessures que leur corps pourrait subir. Leur manque de douleur signifie également qu’ils ne réalisent peut-être même pas les dommages qui leur ont été causés. C’était particulièrement le cas d’Iris Shaw, qui n’avait pas la protection habituelle de The Crow et devait agrafer son corps en décomposition chaque fois qu’elle subissait des dégâts.

The Crow a une force et des réflexes surhumains énormes, éliminant facilement plusieurs adversaires. Il existe différentes explications à la source de cette force, la vengeance et l’amour pour ceux que The Crow a perdus dans certains cas, tandis que la douleur personnelle en motive d’autres. Un inconvénient introduit à l’origine dans les films est que The Crow est lié à leur animal spirituel respectif.

Si leur oiseau mystique est blessé de quelque manière que ce soit, The Crow deviendra affaibli et vulnérable. Dans la BD The Crow: Waking Nightmares, il est révélé que si un Crow abandonne sa mission, son invulnérabilité le quittera, le réduisant à un cadavre en décomposition assailli par la rigidité cadavérique.

Les meilleurs BD de The Crow

The Crow a eu de nombreux BD au fil des ans, presque tous mettant en vedette différentes versions du personnage et réalisés par différentes équipes créatives. Cela a conduit à des histoires assez différentes, bien qu’elles soient toujours motivées par le même principe de base de vengeance. Voici quelques-uns des faits saillants en ce qui concerne l’histoire de la publication de The Crow à travers différentes décennies et éditeurs.

Eric commence sa quête de vengeance – The Crow # 1-4

The Crow

La BD qui a tout déclenché était la BD originale de quatre numéros The Crow, écrite et dessinée par James O. Barr. Créée pour faire face à la mort de sa propre fiancée causée par un conducteur ivre, la BD de quatre numéros (Douleur, Peur, Ironie, Désespoir) rend hommage à cet état mental attristé. Introduisant un homme ressuscité nommé Eric après que lui et sa fiancée aient été tués, The Crow le suit alors qu’il détruit sans pitié tous ceux qui lui ont tout pris.

Initialement publiée à la fin des années 80, la BD indépendante en noir et blanc a été un succès absolu avant même que les bandes dessinées indépendantes ne connaissent plus de succès. Les réimpressions ultérieures du livre incluraient un cinquième numéro, intitulé « Mort ».

The Crow de Image Comics a réinventé l’histoire originale – The Crow (1999) #1-10

The Crow

En 1999, Image Comics, qui avait dominé la décennie sur la scène indépendante, a sorti sa propre BD The Crow. Cette BD de Jon J. Muth, Jamie Tolagson et Paul Lee a remixé l’histoire du personnage classique Eric Draven, tout en incorporant des concepts utilisés dans le film classique.

Dans ce récit, Eric et sa petite amie Shelly sont tués à cause de la violence gratuite des barons de la drogue, et lors de la résurrection en tant que The Crow, Eric cherche à nettoyer plus que les injustices qui lui sont faites. Il se heurte également à un autre justicier très semblable à lui-même, ce qui rend la police méfiante de ses actions. Bien qu’elle n’ait duré que 10 numéros, cette BD présentait une bonne version du néo-noir des années 90.

« The Crow: Dead Time » a porté la résurrection à un tout autre niveau – The Crow: Dead Time (1996)

The Crow

The Crow: Dead Time de James O’Barr, John Wagner et le futur collaborateur fréquent de Brian Michael Bendis, Alex Maleev, ont présenté un tout nouveau Crow, dont la résurrection était encore plus déchirante que celle d’Eric. Le protagoniste Joshua Zane était un Amérindien qui s’est lancé dans la vie d’agriculteur, seulement pour que sa vie et celle de sa famille soient écourtées par des confédérés racistes.

Il renaît plusieurs années plus tard, il devient The Crow dans une nouvelle ère étrange où ses assassins se sont également réincarnés en gang de motards. Joshua combat sa propre haine de soi, se blâmant pour ce qui est arrivé à sa famille tout en faisant face à la seconde chance qui lui a été donnée de se venger.

« The Crow: Flesh and Blood » a introduit la première femme Crow – The Crow: Flesh and Blood (1996)

The Crow

Créé par James Vance et le susmentionné Alex Maleev, The Crow: Fresh and Blood a montré que la vengeance peut être une mère. Il a présenté la femme Crow, Iris Shaw, une écologiste qui a été tuée lorsque son bureau a été bombardé par des extrémistes. Elle découvre à sa résurrection qu’elle était enceinte lorsqu’elle est morte, ce qui rend sa soif de vengeance encore plus personnelle. L’art dans cette BD est l’un des plus beaux à avoir jamais orné la série, et le sujet rappelle étrangement des sujets tels que l’incident alors encore récent à l’époque de Ruby Ridge.

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires